Cachez ce Photographe de Mariage que je ne saurais voir...

08/07/2014

Derrière cette citation, se cache bien des messages et bien des intentions...

 

Bonjour chers abonnés lecteurs ! 

 

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler de la réalisation d’un reportage mariage à la mode D-Light. 

 

S’il y a bien une tâche compliquée dans la réalisation des photos de mariage c’est de réussir à conjuguer discrétion et omniprésence. Autrement dit, comment ne pas gêner les invités tout en sachant s’imposer dans les moments cruciaux et capturer les plus belles images ?!

 

Souvent sur le terrain du Jour J, il faut lutter pour gagner. Gagner LA photo. Réussir à capturer l'instant photographique type, l'émotion pure ou encore ce qui se passe là où personne ne regarde...

 

Contre qui ou quoi faut-il donc lutter ?

 

Point d'ennemis ici je vous rassure. Tout le monde est empli d'attentions pour les mariés, à commencer par les invités, la famille. 

 

C'est d'ailleurs là que cela se complique. Moi photographe, je suis l'intrus. Personne ne me connaît et personne ne doit sentir et encore moins être gêné par ma présence. Oui mais voilà, moi il faut que je passe, que je me faufile, que je m'impose, car ma place est au plus près de la scène d'action. 

 

L'avantage, c'est qu'en tant que pro, j'ai un appareil plus gros que les autres la plupart du temps et à l'arrivée, une carapace sur le dos : mon énorme sac photo. 

 

C'est donc en premier lieu le matériel qui me sert à être repérée et identifiée. Ensuite, c'est mon sourire et ma nature avenante car rapidement, je vais chercher à me faire connaître et reconnaître afin que les invités me laissent aussi plus facilement passer. 

 

Toutefois, le plus difficile reste à venir. Si lors de la cérémonie civile les choses sont assez simples à gérer en mairie avec les élus et représentants de la collectivité, cela se gâte durant la cérémonie religieuse lorsqu'elle a lieu. Les photographes ne sont en effet pas très "appréciés" des religieux. La faute probable à des abus de mes homologues pas toujours respectueux des lieux et des croyances.  

 

Régulièrement, dans les églises, je suis donc cordialement invitée à me faire toute petite (ça je sais faire) mais aussi immobile (là j'aime moins), voire carrément à rester assise (#tristesse)...

 

Il faut donc ruser et rivaliser d'ingéniosité et de finesse pour obtenir les photos qui immortaliseront ce moment sacré pour mes mariés. 

 

Grand angle, positionnement derrière les convives, télé-objectif, photos de détails, photos sans flash... tout y passe et je ne recule devant rien ! Je peux même ne pas faire exprès de déclencher sans que ça se voit (#ruse, #photovolée).

 

J'ai en effet pris l'habitude de ce genre de situations et sais désormais comment contourner ces difficultés. Il est clair que ce n'est pas un atout mais cela fait partie de mon métier et les mariés ne doivent ni en subir les conséquences, ni se stresser à ma place.

 

Zen ! Vos photos, je vais aller vous les chercher partout où il est possible d'en avoir afin de vous retranscrire ces instants magiques. 

 

Chiche ?! 

 

Vous en voulez la preuve ? 

 

Vous avez gagné. Quelques exemples ) suivre...

 

 

Commentez et interagissez avec moi ici en bas de page ou sur Facebook, vos avis m'intéressent !

Please reload

A l'affiche !

Comment avoir de belles photos de votre ventre rond ?

March 8, 2015

1/10
Please reload

Publications récentes
Please reload

Suivez moi :
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
  • Youtube.png
  • Facebook.png
  • Google+.png
Photographe Eure-et-loir, spécialiste nouveau-né et femme enceinte

Mentions légales